ME CONNECTER À propos Flux RSS Notification
 
Numérique

Hacking Industry Camp 2018 : le hackathon où l’on s’amuse à relever des défis numériques et industriels

Une quinzaine d’étudiants et de diplômés de l’INSA Strasbourg ont participé à la troisième édition Hacking Industry Camp organisé par Alsace Digitale à l’INSA Strasbourg le week-end du 12 au 14 octobre 2018. Dans des équipes mêlant ingénieurs, étudiants, designers, entrepreneurs, développeurs ou marketeurs, ils avaient 54h pour développer un projet dans une ambiance aussi intense qu’amusante.

Par Stéphanie Robert

« C’était une expérience inédite : travailler 54 d’heures d’affilée sur un projet avec des personnes qu’on ne connait pas et où chacun apporte ses compétences. On a réussi à les associer pour aboutir à un prototype. Je me suis bien amusé, et j’ai beaucoup appris en un week-end, je suis sorti de ma zone de confort » témoigne Simon Lakhlef, en deuxième année de mécatronique à l’INSA Strasbourg, visiblement enchanté de sa participation à ce troisième hackathon dédié à l’industrie et au numérique.

Brassage des compétences

Le Hacking Industry Camp est ouvert à tous et chacun peut y proposer un sujet, un défi, un projet que l’on souhaite développer en équipe pluridisciplinaire. Les porteurs de projet avaient une minute pour le présenter aux 200 participants lors du pitch du vendredi soir, point du départ du hackathon, et attirer leurs futurs co-équipiers. Une quinzaine de défis ont ainsi été retenus par les participants. 

L’équipe « BIM et IoT » a étudié la possibilité de lier les maquettes numériques du bâtiment et les objets connectés, une idée qu’ils essaient de développer en participant au concours d’Alsace Tech, Innovons ensemble

L’équipe « BIM et IoT » a étudié la possibilité de lier les maquettes numériques du bâtiment et les objets connectés, une idée qu’ils essaient de développer en participant au concours d’Alsace Tech, Innovons ensemble

Simon a rejoint l’équipe d’Anthony Coindevel, en cinquième année de génie électrique, Lucas Didier et Omar Zaki, diplômés en génie électrique. Ce dernier, responsable d’affaires junior chez Vinci Energie est porteur du projet « BIM et IoT ». Son défi : lier les maquettes numériques du bâtiment (BIM) aux objets connectés (Internet of Things), autrement dit connecter deux révolutions numériques, qui pour l’heure ne communiquent pas encore. L’idée part d’une demande d’un de ses clients. 

Au final, l’équipe a rassemblé huit profils différents et complémentaires : automaticien chez ÉS, manager du fablab de Hager, étudiant en génie électrique et mécatronique, etc. Car c’est bien l’objectif et l’intérêt de ce hackathon : le brassage des compétences, le melting pot des profils, la fertilisation croisée, pour stimuler l’innovation, la création d’idées et susciter de nouvelles rencontres et collaborations.

Nouer des contacts

C’est ce qui a motivé les étudiants à participer : rencontrer des personnes d’autres horizons, plus expérimentées, accroître son réseau… Pour Marc Védrines, maître de conférences à l’INSA Strasbourg et membre du jury, c’est très enrichissant pour les étudiants. D’autant que les entreprises participantes sont ÉS, Socomec, Hager, le Port Autonome de Strasbourg, des entreprises du numérique, des start-up, etc.

« C’était à la fois intense et amusant. L’ambiance était très bonne, avec de la musique, un DJ… J’ai pu rencontrer des professionnels et voir comment ils travaillaient. Je vais bientôt faire mon projet de fin d’études et ça m’a apporté de nombreux contacts. C’est aussi un plus sur mon CV pour me démarquer » raconte Anthony. Simon ajoute : « Un de mes co-équipiers, diplômé en génie électrique de l’INSA Strasbourg, m’a proposé un stage dans son entreprise. On n’avait rien à perdre, tout à gagner ». 

Prototypes et prix

L’équipe « 2 Batts » avec Joseph Hoellinger, étudiant en cinquième année de mécatronique par alternance à l’INSA Strasbourg, a réfléchi sur la manière de réutiliser les batteries des voitures électriques dans les maisons

Equipe 2 Batts, avec Joseph Hoellinger, étudiant en 5e année de mécatronique par alternance à l’INSA Strasbourg, a réfléchi sur la manière de réutiliser les batteries des voitures électriques dans les maisons

Joseph Hoellinger, en cinquième année de mécatronique par alternance, était dans l’équipe « 2 Batts », portée par une jeune ingénieure chez ÉS : comment réutiliser les batteries des voitures électriques dans les maisons pour stocker de l’énergie et la réinjecter dans le réseau, en fonction des pics de consommation ? Elaboration du modèle économique, invention de solutions techniques, développement d’une application de gestion à distance, et même dessin d’un logo, leur collaboration a porté ses fruits, récompensée par cinq prix. « J’aime bien échanger, et mon groupe était très sympa, on sentait une dynamique positive. C’est stimulant de voir un projet naître. J’ai pu voir d’autres approches, comme l’aspect managérial d’un projet » raconte-t-il.

Grâce au matériel fourni par les fournisseurs partenaires de l’évènement, Anthony, Omar, Simon et leurs co-équipiers ont pu présenter une maquette au jury le dimanche, ce qui a beaucoup plu. Leur projet a remporté quatre prix. A présent, ils essaient de développer leur prototype et participent notamment au concours d’Alsace Tech Innovons ensemble. « Les jeunes ont leur place, il faut qu’ils montrent leur valeur ajoutée » conclut Marc Védrines.

Devenu trinational en 2017, le Hacking Industry Camp s’inscrit dans les actions du programme “Upper Rhine 4.0”. Ce projet est soutenu par le Fonds européen de développement régional (FEDER) et vise à faire du Rhin Supérieur un territoire de référence et de compétitivité dans le domaine de l’industrie 4.0.

Laisser un commentaire au service communication

*

*